Face à ses concurrents

Dans cette partie, nous allons essayer de déterminer "ce que vaut vraiment le Rafale" face à ses concurrents. En essayant de regarder ce qui se fait en Europe mais aussi aux Etats-Unis, nous allons essayer de déterminer où se situe le Rafale parmi les avions modernes. Le but n'est pas ici de déterminer si "Le Rafale est un meilleur avion que ...". Cela n'aurait aucun sens, les avions ne répondant pas tous aux mêmes besoins, ayant parfois des budgets incomparables etc... Pour cela, nous nous baserons sur les confrontations lors d'exercices, les évaluations réalisés par les différentes armées de l'air, des chiffres "purs" sur les aéronefs, des données techniques mais aussi opérationnelles.

En se basant sur des données pures...

Paragraphe supprimé

Au niveau des évaluations...

Lors des appels d'offres, des évaluations sont réalisées par les armées voulant se doter d'avions de combat, leur permettant ainsi de faire leur choix. Les évaluations réalisées par la Suisse en 2011 nous permettent de comparer le Rafale au Gripen et surtout à l'Eurofighter swiss-eval-nwa1-2.png

swiss-eval-nwa2-1.png

evaluations-suisses-1.png

swiss-eval-nwa1-appreciations-1.png

Les résultats sont ici très clairs, et il n'y a pas besoin d'en rajouter. Le Gripen est clairement en dessous, c'est plus serré entre le Rafale et l'Eurofighter mais l'avion français est sans contestation jugé plus performant.

Au niveau des confrontations...

Contre le F22 en 2009:

 

"Le magazine Air et Cosmos publie les résultats de la rencontre entre le Rafale français et le F-22 dans le ciel des Emirats arabes unis en décembre 2009, tels qu'ils lui ont été confirmés par l'Armée de l'air. Six engagements ont eu lieu au cours de l'exercice dont nous rendions compte sur ce blog. Sur ces six rencontres, "le F-22 a effectué un tir canon, les cinq autres se terminant à égalité" - un cas de figure bpaitsé "neutralisation mutuelle". Lègèrement dominé par l'avion américain, un pur chasseur très furtif et manoeuvrable, le Rafale s'est donc avéré être un adversaire coriace. Ces informations confirment ce que nous écrivions à la mi-décembre.

Il faut noter que les Américains avaient souhaité limiter ses rencontres à des engagements à vue et à courte distance, c'est-à-dire des combats rapprochés à un contre un. Du "dogfight" dans le style de la bataille d'Angleterre revue et corrigée avec la technologie du XXI ème siècle.

Cela correspond assez peu à la manière dont les chasseurs agissent de nos jours, puisque l'interception à longue distance (Beyond visual range) est privilégiée.

D'autres confrontations auraient eu lieu, à longue distance cette fois-ci, mais de manière non officielle, avance Air et Cosmos. Grâce à son système de détection passif AN/ALR-94 le F-22 Raptor "aurait détecté les chasseurs français à longue distance" ce qui lui permettait le tir (fictif) de missile air-air"à distance de sécurité" affirme l'hebdomadaire Air et Cosmos.

"La participation de six avions de combat Rafale F3 au récent Air Tactical Leadership Course (ATLC) qui s'est déroulé aux Emirats arabes unis du 15 novembre au 9 décembre a été"un succès total". "Nous avons fait carton plein" assure le lieutenant-colonel Fabrice Grandclaudon, commandant de l'escadron 1/7 Provence (Saint-Dizier).

 

La participation à ce grand exercice international était très importante pour la France alors que les négociations pour la vente de 60 Rafale aux EAU se poursuivent. Clairement, un bon point a été marqué par les Français auprès de leurs collègues émiriens. D'autant que la disponibilité des Rafale a été"exemplaire" : ils ont pû participer à tous les exercices à raison de deux patrouilles de quatre avions par jour, depuis la base d'Al Dhafra" (source)

 Le F22, tel qu'il a été "vu" par le Rafale 

rafale-f22jpg

Le "plateau" réuni pour cet ATLP était impressionnant : F-16 C/D block 60 et Mirage 2000-9 (Emirats), F-16 MLU (Jordanie), F-7  [une version modernisée du Mig-21] (Pakistan), Typhoon [Eurofighter]  (Royaume-Uni) et F-16 CJ et F-22 (Etats-Unis). Plus des Awacs et des tankers. L'exercice consiste à simuler des raids importants, jusqu'à quarante avions, dans "des missions réalistes représentatives d'un conflit de haute intensité". Les appareils doivent faire face à une oppositon aérienne et sol-air.

 

Au plan du combat aérien, son optronique secteur frontal (OSF) a permis aux Rafale d'identifier visuelement des cibles jusqu'à 30/40 kilomètres, alors que l'identification habituelle en défense aérienne se fait entre trois et cinq kilomètres. En matière de guerre électronique, les Rafales ont détecté des menaces sol-air que les F-16 CJ américains, dont c'est la vocation principale, n'avaient pas vu. Un Rafale a pu simuler le tir de six munitions air-sol (A2SM) sur 6 objectifs différents (programmés) à une distance de 20 à 40 kilomètres, puis tirer trois missiles air-air Mica, le tout en une minute - ce qui témoigne de la polyvalence de l'avion.

 

Lors d'affrontements air-air, le Rafale a "mis des tôles" aux Typhoons de la Royal Air Force, assure le lieutenant-colonel Grandclaudon. En version dégradée, à quatre contre quatre, les Rafale ont réalisé des scores de 4 à 0 et de 3 à 1.

 

L'avion de combat français s'est également frotté au F-22, le chasseur le plus moderne de l'USAF. Au cours d'une rencontre, ils se sont affrontés à six reprises, le F-22 ne mettant qu'un seul coup au but." (source)

Le Rafale fait donc jeu égal à plusieurs reprises avec un avion de combat réputé comme le meilleur...

Ci dessous la vidéo de cet affrontement, où l'on peut aussi apprécier l'effort physique fourni par les pilotes 

 

Contre l'Eurofighter en 2009:

vth-typhoon.jpg

 

"Le dernier exercice en date ayant réellement opposé les deux chasseurs remonte à septembre 2009. A Solenzara, les Rafale de l’EC-1/7 « Provence »infligent une correction sans appel en combat canon (BFM) aux Typhoon britanniques. Bilan: neuf victoires pour une défaite, et encore celle-ci a-t-elle été enregistrée par un tout jeune pilote de Rafale. Peu de temps après, des affrontements hors de portée visuelle (BVR) à deux contre deux donnent des résultats largement favorables aux Rafale, selon des pilotes français ayant participé aux affrontements." (source)

Le Rafale surpasse donc clairement celui qui est forcément annoncé comme son principal concurrent puisqu'on rappelle que les projets étaient au départ liés, et que les avions se ressemblent en de nombreux points.

 

 

En vidéo face à un F-16 lors du NATO Tiger Meet 2013 

 

Les données techniques, les évaluations et les confrontations nous permettent de classer le Rafale comme un avion n'ayant rien à envier à aucun autre actuellement, bien que certains le disent dépassé ou pas assez performant; il n'en est rien, le Rafale fait bien partie des meilleurs, mais de là à déterminer qui est le meilleur, personne n'en est capable...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site